La notion de holding animatrice selon le Conseil d’Etat18/06/2018  



Que ce soit pour les droits de mutation à titre gratuit (pactes "Dutreil »), l’impôt sur la fortune (ISF et IFI), la réduction d’impôt Madelin ou les abattements "dirigeant" (dans le cadre du régime d'imposition des plus-values sur valeurs mobilières), la notion de holding animatrice intervient dans différents domaines de la fiscalité. Sa définition précise par le Conseil d’Etat, compétent pour juger des contentieux s’y référant, était donc très attendue.

Jusque-là cette notion avait été définie par la Cour de cassation mais demeurait inédite dans la jurisprudence du Conseil d’État. Dans l'affaire qui lui était soumise, l’application de l’ancien abattement "dirigeant" était en cause. Réuni en formation plénière, le Conseil d’Etat juge qu’une société holding qui a pour activité principale, outre la gestion d'un portefeuille de participations, la participation active à la conduite de la politique du groupe et au contrôle de ses filiales et, le cas échéant et à titre purement interne, la fourniture de services spécifiques, administratifs, juridiques, comptables, financiers et immobiliers, est animatrice de son groupe et doit, par suite, être regardée comme une société exerçant une activité commerciale, industrielle, artisanale, libérale, agricole ou financière. Tout en reprenant la définition consacrée par la Cour de cassation, le Conseil d’Etat précise que l'activité doit être "principale" permettant à des holdings détenant des participations non animées minoritaires de bénéficier de la reconnaissance de la qualité de holdings animatrices.


 Autres articles sur le même sujet :
Qu’est qu’une société holding animatrice ?

Interrogé sur les conditions exactes permettant de déterminer le caractère animateur d'une société holding, le Gouvernement confirme les critères existants mais n'apporte pas de précisions.

Les services entre particuliers sont-ils imposables ?

En principe, les revenus issus de services rendus entre particuliers, notamment mis en relation par une plate-forme collaborative sur Internet, sont imposables. Cependant, l'administration fiscale admet que les revenus tirés d'une activité correspondant à un partage de frais sont exonérés d'impôt.

Lois de finances 2016 : quelles mesures pour les entreprises ?

Tour d’horizon des allègements et des principales réformes pour les entreprises proposés.

La banque n’est pas responsable d’une mise en relation

La banque n'est pas garante des programmes d'investissements d'une société extérieure présentés à ses clients.

Réforme de l'impôt sur les sociétés dans l'Union Européenne

La Commission européenne a annoncé aujourd'hui des projets visant à réformer la façon dont les sociétés sont imposées au sein du marché unique pour parvenir à un système d'imposition des sociétés propice à la croissance et équitable.

Trois ans de plus pour défiscaliser avec les SOFICA

La réduction d'impôt sur le revenu accordée au titre de la souscription de parts de sociétés de financement de l'industrie cinématographique (SOFICA) est prolongée de trois ans.