Frais d’agence, pourquoi de tels écarts ?11/09/2018  



Selon l'étude 2018 du gestionnaire immobilier Homepilot, les frais d’agence s'élèvent en moyenne à 5,4 % pour un appartement de 450 000 €. Plus étonnant, l’étude note de fortes disparités d'une ville à l'autre. Toujours pour un logement de 450 000 €, vous paierez en moyenne 26 000 € à Nice, 25 000 € à Paris mais seulement 21 700 € à Lyon. Au sein de la même ville, « les honoraires peuvent, à services équivalents, varier du simple ou double, souligne Gilles Bourcy, cofondateur de Homepilot. Par exemple, à Paris, l'écart est de 167 % entre l'agence la plus chère et la moins chère ».


 Autres articles sur le même sujet :
Un portail d’observation des loyers

L'Agence nationale pour l'information sur le logement (ANIL) a annoncé le lancement de son portail www.observatoires-des-loyers.org.

Les Français veulent consommer "responsable et plus durable"

"Pour la première fois depuis 2004, consommer responsable, c'est avant tout consommer autrement pour la majorité des Français (50,5%)", souligne Greenflex, une société de services en développement durable qui a mené cette étude avec le soutien de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe).

La Corse, un marché au beau fixe

Avec deux agences en Corse, à Porto Vecchio et Bonifacio, Sotheby’s International Realty France - Monaco se réjouit de bons résultats en cours et à venir.

Débat sur l’appartenance à la résidence principale d’un studio attenant

Pour être exonéré de plus-value, un logement doit constituer la résidence principale du vendeur au jour de la vente. La règle est simple, sauf lorsqu’il s’agit d’un studio attenant ! Débat tranché par la Cour d’appel.

Dépassement des honoraires de mise en location, les astuces des agents

Des pratiques abusives des agences immobilières sont fréquemment dénoncées. Voici les principales.

Copropriété : les honoraires des syndics en forte augmentation

Honoraires de base à la hausse, surfacturation de certains frais annexes... ces derniers mois, les syndics n'ont pas ménagé les porte-monnaie des copropriétaires français et ont profité du filon de la loi Alur.